Quantcast

Honorables visiteurs.

Périples virtuels

  • L'actualité de Tietie007
  • Le cinéma de Tietie007
  • L'échiquier du roy rené

Recherche

Calendrier

Mai 2013
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

LA RELIGION ET L'ETAT

Samedi 19 mai 2012 6 19 /05 /Mai /2012 06:02

  1°) La tentation théocratique.

 

a°) La conversion de Constantin et l'édit de Milan.

 

Après trois siècles de persécutions par l'Empire romain, la religion chrétienne va être autorisé par l'empereur Constantin, par l'édit de Milan, promulgué en 313 de notre ère, qui décrètera la liberté de culte pour toutes les religions, et permettra aux chrétiens de ne plus devoir vénérer l'empereur comme un Dieu.

L'empereur Constantin se fera baptiser sur son lit mort, en 337. La religion chrétienne deveint religion d'Etat.


b°)  Clovis, se convertit au christianisme, en 496.

 

L'Eglise catholique et ses religieux furent la seule institution à rester debout après la chute de l'Empire romain d'Occident, en 476 après J-C, sous la pression des barbares, ce qui provoqua une emprise encore plus grande de l'Eglise sur la société.

Le roi des francs, Clovis, en 496 de notre ère, promet de se convertir au christianisme si le Dieu des chrétiens lui donne la victoire contre les Alamans, à Tolbiac.

 

                                               La bataille de Tolbiac,


(Fresque du Panthéon à Paris, par Paul-Joseph Blanc. (Que cette bataille soit narrée au Panthéon, illustre bien l'importance de cette bataille dans l'imaginaire français.)

 

Battle_of_Tolbiac.jpg

  (Source: Wikipedia).

 

Depuis lors, le catholicisme et les Papes auront une grande influence sur le pouvoir royal.

 

b°) Charlemagne, l'empereur très chrétien.

 

Charlemagne, fils de Pépin le Bref, va être le bras armé du Pape Léon III, couronné Empereur, par ce dernier, en l'an 800, guerroya contre les saxons, les lombards et les musulmans pour faire de son royaume un Empire, héritier de Rome.

 

711px-Empire_carolingien_768-811.jpg

(Source: wikipedia)


c°)  La réforme grégorienne : le Pape supérieur aux Rois.

 

Grégoire VII, pape à partir de 1073 à 1085 va entreprendre des réformes dites, grégoriennes, qui vont assainir les moeurs de l'Eglise et posera le principe de la supériorité du Pape (le pouvoir spirituel) sur les Rois et Empereurs (pouvoir temporel). Il s'en suivra la Querelle des Investitures, contre l'Empereur du Saint-empire romain germanique, Henri IV, qui fut excommunié (= banni de la communauté chrétienne) par Grégoire. Ayant peur de perdre son pouvoir, Henri ira à Canossa s'agenouiller devant le pape pour lui demander son pardon, suprême humiliation pour un empereur, qui reconnaissait par cet acte, la supériorité du pouvoir spirituel (=religieux) sur le pouvoir temporel (=politique).

Mais les chamailleries entre le Pape et l'Empereur sur la prééminence de l'un sur l'autre, continueront. Le Pape Innocent II se voudra le gouverneur des affaires du vaste monde, au-dessus des rois et des empereurs, comme il le fera proclamer au deuxième Concile de Latran,  Innocent III portera à son pinacle (= sommet) la théocratie grégorienne (= supériorité du spirituel sur le temporel, des religieux sur les politiques) et affirmera être le représentant du Christ, sur Terre, possédant l'auctoritas alors que les rois disposent du potestas, d'un pouvoir politique qu'ils détiennent de Dieu et sont donc soumis à l'autorité pontificale.

Mais le conflit entre le pontife et l'empereur continuera avec la guerre entre Guelfes et Gibelins, entre les papes et la dynastie des Hohenstaufen, dont l'illustre représentant fut l'empereur Frédéric Barberousse

 

d°) Les croisades.

 

Lors du Concile de Clermont, en 1095, le pape Urbain II appela tous les chrétiens à reprendre Jérusalem et délivrer les lieux saints. Pendant deux siècles, les rois chrétiens  dont Richard Coeur de Lion, iront guerroyer au Proche-Orient contre les infidèles musulmans et Louis IX, dit "Saint-Louis", guide de la 8eme croisade, périra lors du siège de Tunis, emporté par la maladie.

 

tunis-louis-9-croisade-crusade.jpg

 

  (Le siège de Tunis et la mort du roi Louis IX de Jean Fouquet. Source: wikipedia)

 

e°) La lutte contre les hérésies: croisades et Inquisition.

 

L'Eglise catholique, gardienne de la doctrine chrétienne (=message du Christ), combat, souvent violemment, les interprétations déviantes. Le catharisme, mouvement chrétien opposé à l'Eglise catholique, se développa dans le sud-ouest au 12eme siècle, il prônait une vie ascétique (= de privation), le végétarisme (= être végétarien, ne pas manger de nourriture animale) le travail manuel et une vie communautaire.

En 1208, le pape Innocent III déclara le catharisme, hérétique, et demanda aux barons français d'extirper l'hérésie du Languedoc. La croisade contre les albigeois (=cathares) qui durera 20 ans sera d'une violence extrême, sous la houlette du baron Simont de Montfort, qui mettra à sac de nombreuses cités cathares, comme Béziers et Carcassonne, et massacrera, allègrement, les hérétiques, en tant que bras armé de l'Eglise.

Innocent III créra aussi l'Inquisition, tribunal religieux chargé de traquer les hérétiques. Bernard Gui fut un inquisiteur rendu célèbre par le film de Jean-Jacques Annaud, Le nom de la rose qui sévira dans le Languedoc, contre l'hérésie cathare.

 

 

 

 

 

2°) Le pouvoir politique s'émancipe de l'Eglise. 

 

Progressivement, les pouvoirs nationaux se renforcent et se heurtent aux prétentions hégémoniques (=de domination) de l'Eglise catholique et des Papes.

 

a°) Philippe le Bel défie le Pape .

 

L'émergence des monarchies nationales va se heurter aux prétentions pontificales. C'est Philippe  le Bel, promoteur d'une administration moderne, fera rendre gorge aux lombards, aux juifs et aux Templiers, pour alimenter les finances de l'Etat, et se heurtera au pape Boniface VIII, lorsqu'il taxera les églises du Royaume. Le souvernain pontife, par la bulle Unam Sanctam, de 1302, réitère la supériorité du spirtiuel sur le temporel et donc du pape sur les rois, ce qui revient à demander à Philippe de lui obéir. Le roi de France ne se laisse pas impressionner par la missive papale, il réunit un concile des évêques de France qui condamnera le pape, et enverra son ministre, Guillaume de Nogaret, à Rome, en 1303, pour arrêter le souverain pontife. Les envoyés du roi gifleront le Pape, à Anagni, point culminant du conflit entre les deux pouvoirs.

C'est Philippe le Bel, qui gagnera donc la partie et qui affirmera son pouvoir face à l'Eglise.

Mais Philippe, à l'origine de la modernisation du pouvoir royal, désormais tout puissant, sera le fossoyeur de la dynastie capétienne. En effet, 3 de ses fils qui monteront sur le trône, après sa mort, n'auront pas de descendance. Sa fille, Isabelle de France, qui se mariera avec le roi d'Angleterre, Edouard II, ne pourra, à cause de la loi salique (sortie pour l'occasion ...les nobles français ne voulant être gouvernés par des anglais !), monter sur le trône de France.C'est la fameuse histoire des Rois Maudits, narrée par Maurice Druon et adaptée à la Télévision.

 

 

 

 

Aussi, la querelle dynastique entre les nouveaux rois de France, les Valois, et les anglais, se transformera en Guerre de 100 ans !

 

b°) François 1er et le concordat de Bologne.

 

La suprématie de du roi sur le pape est consacrée lors du concordat de Bologne, entre le roi de France, François 1er et le pape, signé en 1516; et qui laisse le roi de France maître dans son pays, concernant les nominations de religieux et les bénéfices venant de l'église de France.

 

c°) La Réforme et les guerres de Religion.

 

En 1517, un moine, Martin Luther,

 

Martin_Luther_by_Lucas_Cranach_der_Altere.jpeg

 (Martin Luther par Lucas Cranach, source: Wikipedia)

 

publia ses 95 thèses remettant en cause l'Eglise catholique, ce qui lui vaudra d'être excommunié par le pape, en 1521.

Jusqu'alors, l'Eglise catholique avait connu beaucoup d'hérésies, comme le catharisme, mais les avait toujours battu. Mais cette fois-ci, la force de la nouvelle doctrine religieuse se répand, en Europe, comme une traînée de poudre, preuve du discrédit de l'Eglise parmi les populations.

De 1562 à 1598, le royaume de France va connaître une guerre civile entre protestants (= qui suivent l'enseignement de Luther) et catholiques, fidèles au roi et à l'Eglise catholique qui culminera avec le massacre de la Saint-Barthélémy, en 1572, où des milliers de protestants furent massacrés par les catholiques, à Paris, et jetés dans la Seine !

 

 

 

Il fallut qu'Henri IV, protestant converti au catholicisme pour ceindre la couronne de France, promulgue l'Edit de Nantes, en 1598, qui reconnaissait la liberté de culte aux protestants, pour terminer cette guerre de religion ! Mais le feu couvait, puisque le bon roi Henri fut poignardé, en 1610, par François Ravaillac, un catholique fanatique, qui n'avait pu accepter cet Edit !

 

 

 

Louis XIV, le roi-soleil, profondément catholique dans la dernière partie de sa vie,  révoquera définitivement l'édit de Nantes, en 1685, interdisant l'excercie du culte protestant dans le royaume et provoquant le départ de nombreux huguenots (= protestants français) vers le Nouveau-Monde, en Prusse, aux Pays-Bas, en Suisse.

 

d°) La Révolution française et la liberté religieuse.

 

Depuis la fin du règne de Louis XIV, en 1714, qui fut très pieux (= croyant), à la fin de sa vie, la religion catholique, malgré son omniprésence, va perdre de son crédit, notamment auprès des intellectuels. Les philosophes des Lumières combattent le fanatisme religieux et Voltaire dans son Traité de tolérance, réhabilitera la mémoire du protestant, Jean Calas, accusé et exécuté à tort et défendra le chevalier de la Barre, accusé d'avoir profané une statue du Christ.

 

 

La devise des Lumières serait :"Sapere aude", "Ose penser", sans t'en remettre à un "prêt-à-penser" religieux !
La Révolution française va  promulguer, en 1794, une loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat,, mais Napoléon, rétablira la paix religieuse entre signant un concordat (=accord) avec le pape Pie VII, en 1801.
Le Pape rendra la pareille à l'Empereur en participant à la cérémonie de couronnement de Napoléon, le 2 décembre 1804, dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, immortalisée par le peintre officiel, Jacques-Louis David.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/08/Jacques-Louis_David%2C_The_Coronation_of_Napoleon_edit.jpg

Pour testez si vous avez suivi, répondez à ce QUIZZ.


Par Tietie007 - Publié dans : LA RELIGION ET L'ETAT - Communauté : Passion Histoire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés