Quantcast

Honorables visiteurs.

Périples virtuels

  • L'actualité de Tietie007
  • Le cinéma de Tietie007
  • L'échiquier du roy rené

Recherche

Calendrier

Mai 2013
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
Lundi 9 avril 2012 1 09 /04 /Avr /2012 10:12

I. La conquête des droits civils et le combat pour l'égalité.

 

a°)  Le combat pour les droits civils.

 

Au début du 20eme siècle, les femmes sont considérées presque comme des personnes mineures, n'ayant pas le droite de vote.

Mais la première guerre mondiale, qui mobilisera les femmes à l'arrière, dans les industries, pour pallier à l'absence des hommes, et l'exemple de certaines d'entre-elles, comme Marie Curie, première femme prix Nobel de physique, en 1903,

 

marie-curie-nobel.png

(Source: Wikipedia)

 

vont mobiliser la gente féminine pour changer ce statut inique (=injuste).

Des femmes s'organisent pour acquérir ce droit de vote, ce sera le mouvement des "suffragettes", qui manifestera pour le droit de vote pour les femmes.

Le gouvernement du Front Populaire, en juin 1936,  présidé par le socialiste Léon Blum, comprendra, pour la première fois, des femmes.

La seconde guerre mondiale, et la participation des femmes dans la Résistance à l'occupant allemand, comme Lucie Aubrac, ou dans les Forces Françaises Libres, comme Joséphine Baker, vont enfin accélérer la reconnaissance des femmes. Et, en 1944, le gouvernement provisoire de la République Française, dirigé par le général De Gaulle donne le droit de vote aux femmes.

 

b°) Le combat pour l'égalité.

 

Mais le droite de vote, si il est nécessaire, n'est pas suffisant. En effet, très peu de femmes sont élus dans les assemblées françaises et sont quasiment absentes du Parlement. La gestion du pays reste donc l'apanage des hommes.

Simone de Beauvoir, une philosophe française, compagne de Jean-Paul Sartre, va, dans un livre qui fera date, "Le deuxième sexe" (1949), inciter les femmes à prendre leur destin en main, critiquant autant ce monde de phallocrates (=domination des hommes) que la soumission des femmes à cet ordre masculin ou machiste.

Elle sera à l'origine du mouvement féministe qui oeuvrera à faire reconnaître le droit des femmes, notamment concernant la contraception (Loi Neuwirth, 1967, sur l'autorisation de la pilule contraceptive) et l'Interception Volontaire de Grossesse ou IVG, adoptée par l'Assemblée Nationale en 1974 sous l'action de Simone Veil.

 

simone-veil.jpg

                            (Simone Veil à l'Assemblée Nationale). 

 

En 2000, une loi sur la parité hommes/femmes pour les candidatures aux élections est votée par le Parlement.

Il n'en reste pas moins qu'il y a trop peu de femmes élues par rapport aux hommes, et qu'il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour changer les mentalités.

 

II.Les femmes dans la vie quotidienne.

 

a°) De la maison à l'usine.

 

La femme fut, jusqu'aux années 70, considérée avant tout comme une mère s'occupant des tâches ménagères alors que les hommes allaient travailler.

 

femme-au-foyer.jpg

Mais progressivement les femmes sont sorties de la maison pour aller travailler à l'usine, main d'oeuvre bon marché, puis dans les bureaux, qui se multipliaient avec l'émergence d'une société de services.

Aujourd'hui, le taux d'activité des femmes est important, et des métiers, auparavant réservés aux hommes s'ouvrent aux femmes, comme dans l'armée, la police ou dans le bâtiment. L'apparition de appareils électroménagers (machine à laver, aspirateur etc ...) a contribué, aussi, à libérer la femme de certains travaux domestiques laborieux, comme la lessive.

 

moulinex-libere-la-femme.jpg

(Moulinex, marque française d'appareils électroménagers)

 

De même, les produits de l'industrie agro-alimentaires, comme les boîtes de conserves ou les surgelés ont libéré la femme des tâches cuisinières.

 

Malgré tout, les salaires des femmes restent en moyenne de 30 à 40 % inférieur aux hommes.

 

b°) De la maison à l'école.

 

Cantonnée aux tâches ménagères et à l'éducation des enfants, les femmes sont longtemps restées loin des écoles. Malgré quelques exceptions comme la physicienne Marie Curie, les femmes arrêtaient leurs études à la fin du primaire.

Jusqu'en 1960, l'accès à l'université leur était limité. Depuis lors, les femmes ont droit à suivre les mêmes au cours que les hommes, et ça marche plutôt bien, puisqu'en 2011, 68 % des filles eurent leur Bac contre 58 % aux garçons.

 

Un petit QUIZZ pour tester vos connaissances.


 


 


Par Tietie007 - Publié dans : PREMIERE HISTOIRE GEO - Communauté : Passion Histoire
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés