Quantcast

Périples virtuels

  • L'actualité de Tietie007
  • Le cinéma de Tietie007
  • L'échiquier du roy rené

Honorables visiteurs.

compteur de visites

Recherche

Calendrier

Juin 2013
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
Samedi 9 juin 2012 6 09 /06 /Juin /2012 15:13

afghanistan carte map

 

Bibliographie:

 

Le carrefour afghan de Bernard Dupaigne et Gilles Rossignol, Gallimard, 2002.

 

 

 

 

 

 

 

L'Afghanistan fait partie des Pays les Moins Avancés de la planète, qui souffre de nombreux maux, comme la pauvreté, l'analphabétisme et, pour ce pays, une guerre civile qui ravage le pays depuis près de 37 ans.

 

1°) L'Afghanistan, un pays montagneux enclavé (=sans accès à la mer).

 

L'Afghanistan à une superficie un peu plus grande que la France, avec 652 000 km2. C'est un pays montagneux, traversée par le massif de l'Hindou Kouch, contrefort de la chaîne himalayenne, qui coupe le pays en deux, sur une ligne est-ouest.  Cette géographie a cloisonné le pays, renforcée par le manque de voie de communication.

Enfin, sans accès à la mer, l'Afghanistan est dépendant de ses voisins pour ses échanges avec l'étranger, contribuant à isoler un peu plus le pays.

 

2°) Une mosaïque d'ethnies.

 

L'Afghanistan a 30 millions d'habitants. Entre les pachtounes, majoritaires, les tadjiks, les ouzbeks et les hazaras, l'Afghanistan est une mosaïque de peuple dont le seul ciment est l'islam. Le lien ethnique est plus fort que le sentiment national, et a contribué à alimenter la guerre civile.

 

3°) Le contexte géopolitique.

 

# Une zone tampon entre russes et anglais.

 

L'Afghanistan n'a pas connu une colonisation proprement dite. Ce fut plutôt une zone tampon entre russes et anglais. Si les britanniques envahirent deux fois le pays, à partir de 1842, ils se contentèrent d'en contrôler les frontières avec l'Empire des Indes, le joyau de la couronne, et ne s'installèrent pas dans le centre du pays, à Kaboul. Il faut dire que l'absence de voie de communication et la géographie montagneuse du pays ne favorisaient pas sa contrôle.

Preuve du désintérêt des anglais pour la région, ils partirent définitivement en 1919.

 

# Des relations difficiles avec l'Iran et le Pakistan.

 

La population afghane est majoritairement sunnite alors que son puissant voisin, à l'Ouest, l'Iran, est majoritairement chiite. Les tensions sont donc régulières entre les deux pays, surtout que la minorité chiite afghane, les Hazaras, sont discriminés par l'ethnie majoritaire, les pachtounes.

Les relations avec le Pakistan sont aussi difficiles, car l'ethnie pachtoune habite des deux côtés de la frontière afghano-pakistanaise, et les leaders afghans, n'ont jamais reconnu la ligne Durand, frontière qui sépare les deux pays, décidée par les anglais et qui empêche de faire un Pachtounistan, pays réunissant tous les pachtounes.

 

pachtounistan.jpg

 

 

 

4°) La guerre civile, de 1975 à 2001.

 

a°) Islamistes contre pouvoir central (1975-1989).

 

De 1975 à 1979, le pouvoir de Kaboul, d'inspiration socialiste et aidé par l'URSS, a pronfondément heurté le pays profond, très attaché à l'islam et à la tradition. Des mouvements islamsites, anti-socialistes, se sont alors soulevés, dès 1975, contre le pouvoir central, aidé par la Pakistan.

En 1979, les soviétiques, craignant l'effondrement du pouvoir à Kaboul, face à la pression de la guérilla islamiste, envahit le pays.

De 1979 à 1989, les moudjahidins (=les résistants islamistes), aidés par l'Arabie Saoudite, les USA et le Pakistan vont mener une guerre sainte contre les soviétiques athées. La figure principale et emblématique de la résistance sera le commandant Massoud.

 

massoud

 

C'est durant le djihad afghan (djihad = guerre sainte) que Ben Laden fera ses premières armes.

 

b°) La guerre civile entre ethnies afghanes (1989-2001).

 

Après le départ des soviétiques, en 1989, les américains ne voient plus d'intérêt à aider l'Afghanistan, qui va sombrer dans le chaos de la guerre civile. Les différentes factions de la résistance, les tadjiks de Massoud, les ouzbekhs de Rached Dostom, les pachtounes d'Hekmatyar et les hazaras chiites vont s'entredéchirer jusqu'en 1996, entraînant un désastre humanitaire pour les populations locales,  dans l'indifférence générale, comme le soulignera un rapport d'Amnesty International.

En 1996, les pakistanais vont alors soutenir la mouvance taliban, une secte islamique pratiquant un islam extrêmiste, qui s'est développé durant la guerre contre les soviétiques, parmi les 3 millions d'afghans réfugiés au Pakistan.

Puissamment armée, cette milice d'islamistes radicaux va prendre Kaboul, en 1996, et rétablir un semblant d'ordre, mais à quel prix !!

Exécution sommaire, discrimination envers les femmes et les hindous, destruction de temple hindouiste, repli sur le pays, les talibans vont plonger le pays dans une terreur jamais connue.

Seuls 3 pays, l'Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et le Pakistan reconnaîtront le régime taliban, dirigé par un obscur religieux, le Mollah Omar.

 

omar.jpg

 


 

c°) Ben Laden et Al-Qaeda en Afghanistan.

 

Dès 1996, fuyant le Soudan, Oussama Ben Laden va trouver un sanctuaire en Afghanistan, comme base pour ses activités terroristes.

 

ben laden fuck

 

Les américains vont frapper les camps terroristes d'Al-Qaeda en Afghanistan, avec des missiles, en août 1998, lors de l'opération Infinite Reach.

 

d°) Les attentats du 11 septembre 2001 et l'invasion alliée de l'Afghanistan.

 

Le 11 septembre 2001, 4 avions détournés par des terroristes d'Al-Qaeda, percutent les 2 tours du WTC, à New-York, le Pentagone, à Washington et le dernier s'écrasera en Pensylvannie, faisant près de 3000 morts.

Un mois plus tard, après le refus, par le mollah Omar, d'un ultimatum américain, demandant de lui livrer Ben Laden, le responsable des attentats, les USA et leurs alliés, dont la France, envahissent l'Afghanistan.

11 ans que nous sommes là-bas, sans avoir réglé les problèmes propres à ce pays, toujours soumis à la terreur taliban. Le retrait des forces militaires occidentales a commencé en 2012 et se finira en 2014.

 

e°) Les effets dévastateurs de la guerre.

 

Avec la guerre, l'espérance de vie des afghans est tombée à 43,8 ans, la mortalité infantile est très élevée avec 15,7 %, l'analphabétisme touche 57 % des hommes et 87 % des femmes !! En 2010, l'Afghanistan était le 157eme pays sur 180, pour son PIB par habitant.

Ces chiffres n'augurent rien de bon pour l'avenir ...Ce pays n'a pas les moyens humains, ni les capitaux, pour se relever à moyen terme.

 

5°) Le renouveau de l'Afghanistan ?

 

a°) Une agriculture ravagée.

 

37 ans de guerre ont ravagé les cultures. Aujourd'hui, le seul salut pour les paysans restent la culture de l'opium, qui fait vivre près de 2 millions d'afghans.

 

b°) Des ressources naturelles difficiles à exploiter.

 

Le manque d'infrastructures routières et ferroviaires, le non-accès à la mer, rend difficile l'exploitation des gisements miniers.

Pour l'instant, la mine de cuivre d'Aynak est exploitée par un consortium chinois, alors que la mine de fer d'Hajigak, l'est par une multinationale indienne.

D'autres ressources comme le lithium sont omniprésentes dans le pays, mais difficilement exploitables, pour le moment, car dispersées dans tout le pays, qui connaît une insécurité peu compatible avec une exploitation.

Les multinationales occidentales sont peu présentes en Afghanistan, à cause de l'insécurité ambiante, seuls les chinois et les indiens investissent massivement dans le pays.

 

c°) Le pipeline transafghan, un serpent de mer géostratégique.

 

Le fameux pipeline transafghan, dont l'idée a été lancée au début des années 90 par la multinationale argentine, Bridas, rejoint, en 1986, par les américains d'Unocal, a été une première fois abandonnée juste après les frappes américains d'août 1998. Les conditions de sécurité n'étant plus réunies pour construire un tel pipeline.

Depuis lors, le projet réapparaît régulièrement sur la scène régionale, le dernier datant de 2008, et impliquant l'Afghanistan, l'Inde, le Pakistan et le Turkmenistan.

Mais au vue de l'insécurité ambiante et du chaos politique régnant en Afghanistan, il est fort probable que le projet du pipeline transafghan ne voit jamais le jour !

 

Un QUIZZ pour réviser.

 

I

Par Tietie007 - Publié dans : PREMIERE HISTOIRE GEO - Communauté : Passion Histoire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 9 juin 2012 6 09 /06 /Juin /2012 11:22

gaulle.JPG

 

 

I) Une république faible: la IVeme république.

 

La IVeme République, créée juste après la guerre, en 1946, durera jusqu'en 1958.

 

1°) Les guerres de la décolonisation.

 

La IVeme République va être confrontée à deux guerres:

 

a°) La guerre d'Indochine (1946-1954):


 La guerre d'Indochine de 1946 à 1954, se termina par la défaite de Dien Bien Phu,

 

 

 

 

 

pour les français, entraînant les accords de Génève, initiés par Pierre Mendès-France, en 1954,

 

mendes-france.JPG

 


 

consacrant le départ des français d'Asie et l'indépendance du Viet-Nam. Mais l'Indochine n'était pas une colonie de peuplement, et si la défaite humilia l'armée française, elle n'eut pas de conséquences au niveau intérieur.

 

b°) La guerre d'Algérie (1954-1962).

 

La guerre d'Algérie n'eut pas les mêmes conséquences. En effet, si l'Indochine était une colonie, l'Algérie était un département français et faisait partie intégrante, au même titre que la Corse, de la France. 1,5 millions de français vivaient en Algérie, cotôyant 8 millions d'algériens d'origine arabe. Le 1er novembre 1954, le Front de Libération Nationale algérien lance une insurrection contre les colons blancs qui débutera la guerre d'Algérie.

Le conflit va prendre de l'ampleur et le gouvernement français va envoyer les jeunes français maintenir l'ordre en Algérie alors que la guerre d'Indochine n'avait mobilisé que les troupes professionnelles comme les légionnaires ou les parachutistes.

Le 13 mai 1958, devant la faiblesse du gouvernement parisien, l'armée prend le pouvoir (=putsch), à Alger, et renverse le pouvoir civil. A Paris, le pouvoir vacille, et le président de la République française, René Coty, appelle le général de Gaulle au pouvoir, pour calmer la fureur des français d'Algérie, qui se sentent abandonnés par la métropole (=la France continentale).

Le général De Gaulle, qui avait déjà "sauvé" la France de l'humiliation, en 1940, en continuant le combat contre les nazis, de Londres, est perçu comme un sauveur, qui résoudra tous les problèmes. Méprisant cette IVeme République faible, il installera la Veme République, avec un pouvoir exécutif fort (=les pouvoirs du Président).

 

2°) Instabilité gouvernementale.

 

La IVeme république, en 12 ans d'existence, connaîtra 29 gouvernements différents !! En moyenne, le gouvernement était modifié plus de deux fois par an.

Avec une telle instabilité du pouvoir, il était évident que les différents gouvernements ne pouvaient pas travailler dans la durée pour régler les problèmes de la France, notamment la guerre d'Algérie, qui entraînera la chute de la IVeme République sous la pression des français d'Algérie et de De Gaulle.

 

II°) La Veme République où le primat du Président de la République.

 

1°) De Gaulle: un pouvoir fort au service de l'indépendance nationale.

 

a°) Un régime semi-présidentiel.

 

Si dans la IVeme République ce sont les assemblées qui avaient le beau rôle et la réalité du pouvoir, le président n'étant là que pour "décorer" (ou "inaugurer les chrysanthèmes"= se dit d'un personnage politique qui n'a pas de pouvoir réel, comme la reine d'Angleterre ou les présidents de la République sous la IVeme République), dans la Veme, selon la conception gaullienne du pouvoir, c'est le Président, si il a la majorité à l'Assemblée Nationale,  qui concentre les pouvoirs et qui impulse la politique gouvernementale.  Car en dernier ressort, le gouvernement est responsable devant l'Assemblée Nationale (article 20).

 

b°) 1962, l'élection du président de la République au suffrage universel direct.

 

Pour renforcer le prestige et la légitimité de la fonction présidentielle, De Gaulle fera changer le mode d'élection du président de la République. Désigné par des grands électeurs, à partir de 1958, le Président, à partir de 1962, sera élu pour 7 ans au suffrage universel direct, c'est à dire par tous les français en âge de voter.

 

c°) La fin de la guerre d'Algérie et les accords d'Evian en 1962.

 

Devenue impopulaire chez les français, le général De Gaulle veut terminer la guerre d'Algérie qui plombe les finances de la France et donne une image déplorable au niveau international. Malgré l'opposition des français d'Algérie, les pieds-noirs, le général va, par les accords d'Evian, arrêter la guerre et consacrer l'indépendance de l'Algérie en tant que pays à part entière.

 

 

d°) La France sort de l'OTAN en 1966.

De Gaulle est partisan d'une politique étrangère indépendante, et ne veut pas dépendre des 2 grands, les USA et l'URSS. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la France est intégrée à l'OTAN, Organisation du Traité de l'Atlantique-Nord, qui unit les armées d'Europe de l'Ouest sous le commandement américain.
Or, De Gaulle, qui avait été méprisé par le Président Roosevelt, entre 1940 et 1945, veut que la défense de la France soit française. Il ne veut plus dépendre d'une puissance étrangère pour la sécurité de l'Hexagone.
En 1964, la France dispose enfin de sa bombe nucléaire, élément essentiel pour sa défense et elle peut donc sortir de l'OTAN, en 1966.

2°) La révolte de mai 1968.

a°) Une société étouffante au niveau des moeurs.

Si la France de De Gaulle connaît un dynamisme économique, désigné par l'expression les "30 glorieuses", si les ménages s'équipent et s'enrichissent, la société reste très conservatrice (=traditionnelle) au niveau des moeurs.

b°) L'avènement des Jeunes.

La société de consommation naissante va se traduire par une culture jeune. Une musique, le rock n'roll, venue des USA avec Elvis Presley,


et des héros de cinéma comme Marlon Brando ou James Dean, qui incarnaient une révolte des jeunes contre l'univers des adultes,

se traduisent par une culture "Jeunes" que véhicule le magazine "Salut les copains". Johnny Halliday, Eddy Mitchell, Claude François dans la chanson,  vont électriser les foules juvéniles.

Cette culture jeune se caractérise par son insouciance et son hédonisme (= recherche du plaisir) au travers de la musique et de la fête.
Au cinéma, une Nouvelle Vague d'acteurs et de cinéastes, comme Jean-Paul Belmondo, insuffle un nouvel élan à un cinéma français un peu vieillot.

c°) Mai 68, une révolte libertaire.

# Des revendications politiques et libertaires.

Dans toutes les sociétés, ce sont souvent les intellectuels qui impulsent la contestation. L'ouvrier ou plus généralement les travailleurs, trop occupés par le travail et leur famille, n'ont pas le temps de penser à se révolter.
Or, depuis le début des années 60, on assiste à une massification de l'éducation et de plus en plus de jeunes poursuivent leurs études dans le supérieur.
La société change, une société des loisirs émerge, et les jeunes sont un peu à l'étroit dans la morale étriquée de leurs parents.
Les étudiants stigmatisent (=condamnent) la guerre des Etats-Unis contre le Viet-Nam et critiquent un autoritarisme dépassé, comme la séparation des filles et des garçons dans l'enseignement.

# La révolte étudiante.

Après des manifestations étudiantes qui avaient commencé à Nanterre le 22 mars, début mai, 400 étudiants occupent la Sorbonne. Des leaders de la contestation se font connaître comme Dany Cohn-Bendit.

cohn-bendit.JPG

Très rapidement, la situation s'envenime devant la riposte des autorités, et à partir du 10 mai, les étudiants prennent d'assaut le Quartier Latin, à Paris, et dressent des barricades.

Des slogans libertaires sont scandés, comme, "Il était interdit d'interdire".

mai-682.jpg
# La grève générale du 13 mai.

Les travailleurs, au début, en dehors de la révolte étudiante, vont la rejoindre, en décrétant la grève générale dès le 13 mai. La grève ne fait qu'enfler, les jours suivants et la situation devient alors révolutionnaire ! Le pouvoir vacille et le général de Gaulle disparaît pendant quelques heures, le 29 mai.

# Les accords de Grenelle.

Le 25 et 26 mai, pour terminer la grève générale, le gouvernement Pompidou négocie avec les syndicats les accords de Grenelle. Le SMIG est augmenté de 35 % et tous les autres salaires de 10 %.

# L'esprit 68.

Rétrospectivement, l'esprit 68 est avant tout une insurrection libertaire, d'une jeune génération plus éduquée, qui aspire à plus de liberté dans la vie de tous les jours, notamment la liberté sexuelle, remettant en cause la morale étriquée de leurs parents. Elle donnera lieu au mouvement hippie, dont le slogan "Peace and love" prendra le contre-pied de la société traditionnelle.
La confrontation entre l'esprit 68 et les habitants de la France profonde :

Par Tietie007 - Publié dans : PREMIERE HISTOIRE GEO - Communauté : Passion Histoire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 9 juin 2012 6 09 /06 /Juin /2012 08:06

 La poésie est un  texte la plupart du temps en vers, même si elle peut-être en prose, qui privilégie la forme sur le fond. L'objectif de la poésie est de créer une impression de "beauté", par le jeu des images poétiques et des sonorités.

La poésie n'est pas que le domaine  des grands poètes comme Rimbaud, Baudelaire, mais se retrouve dans la chanson, avec les textes de Léo Ferré ou de Jacques Brel, le rap, et dans tous les types de discours.

 

1°) Strophes et vers.

 

Le poème est structuré en strophes, qui regroupe des vers. Selon le nombre de vers, on peut nommer la strophe :

- trois vers = tercet.

- quatre vers = quatrain.

 

Les vers peuvent être de différentes longueurs, selon le nombre de syllabes. Le poète, pour des raisons formelles, va utiliser la même longueur de vers pour son poème. L'Alexandrin, qui comporte 12 syllabes, est le roi de vers.


 2°) Les images poétiques.

 

Les poèmes "filent" la métaphore, ils débordent de comparaison, de métaphore, de personnification ou d'allégorie.

 

Regardons ce poème de Baudelaire, L'Albatros (Spleen et idéal, Les Fleurs du Mal) :

 

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage

Prennent des albatros, vastes oieaux des mers,

Qui suivent, indolents compagnons de voyage,

Le navire glissant sur les gouffres amers.

 

A peine les ont-ils déposés sur les planches,

Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,

Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches

Comme des avirons traîner à côté d'eux.

 

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !

Lui, naguère si beau, qu'il est comique est laid !

L'un agace son bec avec un brûle-gueule,

L'autre, mime, en boîtant, l'infirme qui volait !

 

Le Poète est semblable au prince des Nuées

qui hante la tempête et se rit de l'archer.

Exilé sur le sol, au milieu des huées,

Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

 

 


 

 

a°) La comparaison.

 

La comparaison est une mise en relation entre deux images qui n'ont rien à voir entre elles à l'aide d'un comparatif (Comme, pareil à, semble à ...). Pour repérer les comparaisons, il faut chercher le comparatif.

 

Dans L'Albatros, vers 8, nous avons un comparatif "Comme", qui compare les ailes de l'oiseau à des avirons, c'est à dire à des rames d'embarcation. La comparaison est ici plutôt négative pour l'oiseau, puisque dans les airs, ces ailes blaiches sont magnifiques alors qu'à terre, elles sont piteuses et traînent par terre. Vecteur de liberté et de verticalité, dans les airs, elles le figent, à terre.


Vers 9, " Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !"

Aérien dans les airs, l'oiseau est maladroit et sans énergie, au sol.


Enfin, vers 10, "Le Poète est semblable au prince des Nuées", le poète compare la figure du Poète à l'Albatros. C'est une personnification, car le poète donne des sentiments humains à un animal.

Comme l'oiseau, le poète est le roi de l'imaginaire, du monde onirique (=relatif aux rêves), qui survole la réalité prosaïque (= simple) du monde des hommes, enfermés dans leur quotidien. Il se fait le médiateur (=l'intermédiaire) entre les hommes et la beauté cachée du vaste monde et brille dans les cieux de l'imagination. Mais dès qu'il retourne parmi les hommes, il est comme un étranger, en exil, raillé, incompris, mis à l'écart, car son esprit aérien se fige au contact de la triste réalité. Ses semblables ne le comprennent pas, le prennent pour un illuminé ou  un fou !

 

b°) La Métaphore.

 

La métaphore est une comparaison, elle relie deux idées mais sans le comparatif. Elle est donc plus difficile à repérer que la comparaison.

 

Vers 4 : "Le navire glissant sur les gouffres amers".

Le navire glisse sur l'eau de l'océan et pas sur des gouffres. Donc nous avons ici une métaphore où le poète compare l'océan et ses profondeurs à des gouffres amers. L'adjectif amer, relève d'un effet sonore, entrant en résonnance avec la sonorité finale du Vers 2, "Mer".

 

Vers 6: "Que ces rois de l'azur".

Le poète compare les albatros à des rois de l'azur, comparaison très positive qui fait de l'oiseau le maître des cieux.  Le mot "azur", en poésie, désigne l'infini, les cieux, le monde aérien.

 

c°) Les champs lexicaux.

 

Un champ lexical, est une ensemble de mots et d'expressions qui signifient une même idée. Ici, dans l'Albatros, nous avons deux champs lexicaux qui s'opposent, parfois même au sein du même vers, puisque Baudelaire utilise les antithèses (=oppositions) :

 

Vers 6: "Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux".

 

Les rois sont fiers et sur d'eux, et non pas maladroits et honteux.

 

Vers 9: "Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !"

Vers 10: "Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !"

 

Ces antithèses ou oppositions renforcent le message du poète, qui oppose la beauté du monde de l'imaginaire à la laideur de la réalité. L'antithèse se situe dans une phrase ou un vers, son pendant, au niveau d'une expression, est l'oxymore, qui relie deux termes opposés (ex: soleil noir, mort-vivant).

 

Dans ce poème, nous pouvons donc isoler et opposer deux champs lexicaux :

- un champ lexical  de la majesté (= noblesse, grandeur), avec les termes: "Prince, roi, géant" qui complète un champ lexical de l'élégance: "ailé, beau, ailes blanches".

- un champ lexical de la déchéance avec les mots:" maladroits, honteux, gauche, veule, infirme, laid."

 

L'opposition de ces deux champs lexicaux renforcent le fossé qui sépare l'univers du poète au monde des hommes.

 

 

3°) Les sonorités poétiques.

 

a°) Les rimes.


Les strophes comprennent des rimes, dont la musicalité rentre en résonnance. Les rimes peuvent être plates (AABB) ou croisées (ABAB), comme les rimes du poème l'Albatros.

 

b°) Les effets sonores.

 

# L'anaphore:

 

L'anaphore et la répétition d'un mot, en début de vers, ou d'une phrase, en début de strophes. La plus célèbre anaphore reste, pour moi, le discours de Marther Luther King, sur les droits civiques, prononcé en 1963, à Washington : I have a dream (=J'ai fait un rêve).

 

 

L'objectif de l'anaphore est, par ce procédé de répétition, de renforcer l'argumentation ou l'idée développée par le poète ou par l'émetteur.
b°) L'assonance et l'allitération.
Ce sont des répétitions de sons qui sont utilisés régulièrement dans le rap.
L'assonance est la répétitiion d'un son voyelle pour produire un effet musical.
Assonance en [a] :
"Le pacha se pencha, attrapa le chat, l'emmena dans sa villa et le plaça près du lilas."
L'allitération est la répétition d'un son consonne.
Allitération en [ch] et en [s]
"Les chaussettes de l'archiduchesse sont-elles sèches ou archisèches ?"
Rimes, anaphore, assonances et allitérations dans Jolie môme par Léo Ferré.



Par Tietie007 - Publié dans : FRANCAIS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 8 juin 2012 5 08 /06 /Juin /2012 11:07

I. Les différents types de texte.

 

Il y a plusieurs types de texte:

- le texte narratif (raconter une histoire).

- le texte descriptif (décrire un paysage, une personne. Il n'y a pas d'action proprement dite).

- le texte argumentatif (une publicité, un éditorial, un texte qui cherche à vous persuader).

- le texte informatif ou injonctif (notice d'un appareil, recette de cuisine ...).

- le texte poétique dont le but est de rendre "beau", le message, par des images et des sonorités.

- le texte théâtral, qui se compose de dialogues.

 

1°) Le récit et le narrateur.

 

Le récit, narre une histoire, qui peut être fantastique, policière, romanesque, autobiographique. Le narrateur est celui qui raconte cette histoire, il peut donc se confondre avec l'écrivain, mais il peut aussi être un personnage fictif, dans l'histoire comme dans Les Choses de la Vie, de Paul Guimard, où le narrateur, un homme en train de mourir, revoit ses moments de bonheur défiler devant lui.

 

 

 

 

 


 a°) Les temps du récit.

 

Trois temps reviennent régulièrement dans un récit :

- l'imparfait, plutôt le temps de la description.

- le passé simple, le temps de l'action.

- le présent de narration.

 

b°) Les personnages du récit.

 

# Un physique.

 

- grand ou petit.

- gros ou maigre.

- musclé ou chétif.

- vieux ou jeune.

- beau ou laid.

 

# Un caractère.

 

On peut déterminer le caractère d'un personnage en étudiant le texte et en relevant des informations explicites ou implicites. Le personnage peut être:

- avare ou dépensier.

- égoïste ou altruiste.

- colérique ou calme.

- asocial ou sociable.

- méchant ou bon.

 

On remarquera que, souvent, la beauté est associée à la bonté, alors que la laideur physique reflète la laideur de l'âme. Le diable est souvent représenté comme un être hideux (=laid).

A l'inverse, on imagine mal la perversité cachée sous la beauté.

 

# Une classe sociale.

 

Un personnage est toujours issu d'une classe sociale. Il peut être:

 

- un artistocrate, faisant partie de la noblesse, tout tendu vers son bon plaisir, vivant de ses rentes, passant son temps à la chasse et à courir les jolies femmes. Oisif (=qui n'exerce aucune activité) et dépensier, il mène grande vie. C'est le cas de Don Juan, séducteur obsessionnel, ou du vicomte de Valmont, qui, dans Les Liaisons dangereuses, de Chaderlos de Laclos, passe son temps à attrapper dans ses rets (=filets) de séducteur, de jolies femmes bien sages.

 

 

- un bourgeois, un homme riche qui dispose de beaucoup d'argent, grâce à sa réussite professionnelle ou à sa naissance. Figure liée à l'argent et à l'exploitation des autres pour faire du profit (= de l'argent), il est souvent méprisé par les aristocrates, qui ne se salissent jamais les mains, et par le peuple laborieux (= travailleur), qui voit en lui un exploiteur. Il peut prendre la figure du banquier qui pratique l'usure et fait rendre gorge aux mauvais payeurs ou du patron d'usine, qui fait suer ses salariés. Jacques Brel voyait les bourgeois comme des ...

 

 

- un ouvrier (=prolétaire) qui travaille dans une usine ou dans une mine. Emile Zola avait narré la condition des mineurs, dans Germinal. Dans cet extrait, les mineurs se réunissent dans une taverne (=bar), lieu de divertissement pour les hommes, pour préparer une grève.

 

 

Le monde ouvrier peut être décrit comme violent, dangereux, imprévisible, ou bien alors comme un univers laborieux, solidaire, aspirant à plus de justice et d'égalité.
- le paysan, souvent pauvre, qui travaille sa terre à la sueur de son front. Humble (=modeste), taiseux (il parle peu), il se méfie des gens de la ville et des étrangers, et connaît la valeur des choses (il est souvent pingre). Il est routinier, comme les saisons, qui guident son labeur et est très attaché à sa terre. Loin des tentations de la ville, il mène une vie sage. Superstitieux et croyant, il reste attaché à la tradition. Le peintre Jean-François Millet a beaucoup peint la condition paysanne, dans une tradition réaliste (= proche de la réalité).

Jean-Francois_Millet_.jpg

 (L'Angelus, de Millet, 1859, Musée d'Orsay. Source, wikipedia)

 

Marcel Pagnol et Jean Giono ont situé leurs histoires dans ce monde paysan, comme Jean de Florette, Manon des sources ou Regain.

 

-  le commerçant. Figure plus moderne, car liée à la marchandise et à l'argent, il exerce en ville, lieu de modernité qui s'oppose à la traditionnelle campagne. Il a une image parfois négative, puisqu'il n'est qu'un intermédiaire entre le producteur et le client, et se fait des marges conséquentes, comme dans le roman de Jean Dutourd, Au bon beurre. Mais parfois les commerçants sont contrôlés ...

 

 

 

 

2°) Le texte descriptif.

 

Le texte, comme son nom l'indique, décrit un personnage ou un paysage. La description se réfère à nos cinq sens, et plus particulièrement à la vision. Mais les odeurs et les bruits peuvent aussi la préciser.

On note donc la présence de nombreux adjectifs, qui qualifient la couleur, la forme.

Les couleurs sont signifiantes, elles peuvent créer une atmosphère lumineuse, joyeuse, positive, si le jaune (= couleur du soleil), le bleu (= couleur de l'eau) et le vert (= couleur de la nature), dominent. Elles peuvent signifier le sang, avec le rouge, ou la mort et la noirceur, avec le noir et le gris.

Les figures de style sont nombreuses, avec la comparaison et la métaphore. Ces comparaisons peuvent être positives ou négatives. Comparer quelqu'un à un serpent ou à un loup est négatif, car ces deux animaux ont mauvaise réputation alors que le comparer à à un lion va signifier la bravoure et le courage de la personne.

On y trouve aussi beaucoup d'énumérations, pour renforcer une impression ou un trait particulier de la chose décrite.

 

3°) Le texte argumentatif.

 

a°) Thème et thèse.

 

L'objectif du texte argumentatif est de persuader le lecteur ou un auditoire de la justesse de sa thèse. Une thèse, est une prise de position sur un thème.


Exemple: Je pense que l'activité des hommes est à l'origine du réchauffement climatique.


Le thème abordé est donc le réchauffement climatique, et la thèse du locuteur (=celui qui parle) est la responsabilité des hommes dans ce réchauffement.

 

b°) Les arguments.

 

Pour persuader mon lecteur ou mon auditoire, je vais renforcer ma thèse par des arguments visant à prouver la justesse de celle-ci. Je peux donner des arguments d'autorité, qui s'appuient sur des chiffres ou sur des avis scientifiques et utiliser des exemples.

 

Les arguments d'autorité:

 

- Le réchauffement climatique est d'origine humaine, car la revue scientifique Nature a prouvé qu'il y avait un lien entre le rejet de gaz carbonique dans l'atmosphère et le réchauffement.

- Météo France a parlé de la décennie la plus chaude du siècle.

 

Ici, la référence à la revue scientifique Nature et à l'institution qu'est Météo France, donne de la force à ma thèse.

 

Les exemples:

 

Les exemples sont destinés à donner une image concrète de ce réchauffement, dans ses effets.

 

- Le recul du glacier de la Mer de glace, près de Chamonix, illustre bien le réchauffement de la planète.

- Il n'a pas plu depuis un mois et le Rhône est à son plus bas niveau.

 

c°) Les connecteurs logiques.

 

Le texte argumentatif essaie de persuader donc il utilise des adverbes qui introduisent des relations d'opposition, de cause ou de conséquence, comme "mais, cependant, donc, toutefois...".

La profusion de ces connecteurs indiquent que le texte relève de l'argumentation.

 

 

 

 

Par Tietie007 - Publié dans : FRANCAIS
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 7 juin 2012 4 07 /06 /Juin /2012 19:09

I. L'initiative des lois.

 

Elles peuvent être initiées par les députés qui siègent à l'Assemblée Nationale, on parlera alors de propositions de lois.

Elles peuvent être initiées aussi par le gouvernement, on parlera alors de projets de loi.

 

II. Le parcours de la proposition ou du projet de loi.

 

 

Elle est déjà examinée par une des 6 commissions de l'Assemblée Nationale qui désignera un rapporteur de la loi dont la fonction sera d'étudier la validité du texte et pourra l'amender (=le modifier). Lorsque le rapporteur a fini son travail, la proposition de loi repasse devant la Commission qui adopte le texte.

Le texte de loi passe alors devant les députés, à l'Assemblée Nationale qui vont voter la loi.

Puis, la loi passe par le Sénat qui va étudier, amender et voter la loi.

Après le Sénat, la loi revient à l'Assemblée Nationale qui examine les articles qui ont été amendés par le Sénat.

La proposition de loi est adoptée lorsqu'elle est votée dans les mêmes termes par les deux assemblées. En cas de désaccord persistant entre les deux assemblées, le gouvernement peut donner la priorité à l'Assemblée Nationale.

Le texte est alors promulguée dans les 15 jours par le Président de la République. Ce dernier peut demander un nouvel examen de la loi et le Conseil Constitutionnel juge de la conformité de la loi à la Constitution.

La loi promulguée entre en vigueur lorsqu'elle est publiée au Journal Officiel.

 

Un QUIZZ pour tester vos connaissances.

 

 

Par Tietie007 - Publié dans : PREMIERE HISTOIRE GEO
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés